UPI DANS L’ACADEMIE : PEUT MIEUX FAIRE !

Une réunion sur les UPI s’est tenue au rectorat au cours du 1er trimestre.
Parmi les participants se trouvaient des inspecteurs d’académie, des chefs d’établissements, des enseignants et des représentants syndicaux.
La réunion avait pour but de relever les dysfonctionnements et de proposer des améliorations.

Etat des lieux des UPI dans l’académie :
Avec la création de cinq UPI (Unité Pédagogique d’Insertion) à la rentrée 2008, la Guadeloupe compte 23 UPI permettant la scolarisation de 271 élèves dont 19 en lycée. Les UPI accueillent des élèves souffrant de handicaps tels que des troubles des fonctions cognitives, l’autisme, la déficience visuelle.
Les effectifs varient de 4 à 21 élèves. Des UPI se trouvent en Grande Terre, en Basse Terre et à Saint Martin.

Les difficultés :
Les problèmes soulevés par les participants de la réunion sont surtout liés aux effectifs, au rôle de l’enseignant référent, à la formation des enseignants et à l’évaluation des élèves.

Les propositions :
Les participants ont insisté sur l’importance de l’élaboration d’une lettre de cadrage permettant l’harmonisation des pratiques. Elle définirait de façon précise le PPS (Projet Personnalisé de Scolarisation), les rôles de l’enseignant référent et du coordonnateur UPI, les effectifs.
Enfin, des formations sur site sont demandées par les enseignants, ces derniers jugeant préférable d’utiliser, pour la notation des élèves en UPI, des appréciations plutôt que des notes chiffrées.

Diane Rinaldo