Débat au Parlement sur les médiateurs de la réussite scolaire

, par  Sandrine Stefkovic

le 7 mai dernier au Sénat, le sénateur Jean-Marc Pastor intervient sur les médiateurs de la réussite scolaire et l’étrange ressemblance de leurs missions avec celles des assistantes sociales de l’éducation :

Ces personnels seront employés, via des contrats d’accompagnement vers l’emploi, pour remplir des missions de prévention, renforcer les liens avec les parents, établir des relations avec les collectivités locales, les associations de quartier, participer aux CUCS (contrats urbains de cohésion sociale), assurer le suivi des problématiques. Il se trouve que les assistantes sociales scolaires, qui sont diplômées et tenues au secret professionnel sont des personnels dont les missions sont l ’ identification des problèmes, des facteurs de risque chez l’enfant, la participation active à la prévention de ruptures scolaires, la médiation, le conseil social, la protection des mineurs en danger, les liaisons avec les partenaires extérieurs… A l’heure où la demande d’intervention
sociale devient de plus en plus pressante et complexe, il trouve pour le moins étonnant que des personnels précaires, non qualifiés, dont la fiche de poste correspond aux missions des assistantes sociales scolaires, notamment en matière de lutte contre l’absentéisme et de soutien à la parentalité, reprenant les visites à domicile que les assistantes sociales ont dû limiter faute de remboursement de frais de déplacements suffisants, soient ainsi créés. Il lui demande si cela augure de la création bientôt de nouveaux postes d’assistantes sociales (elles sont 12 dans le Tarn) ou si c’est l’inverse qu’il faut comprendre.

http://www.senat.fr/questions/base/2009/qSEQ090508652.html

Après les premières questions au Sénat, les médiateurs de réussite scolaire font leur entrée à l’Assemblée nationale… du côté des interrogations. Le député Jacques Valax ne demande-t-il pas très justement :
Cette annonce a surpris les conseillers principaux d’éducation ainsi que l’ensemble des assistantes sociales scolaires. La communauté éducative s’étonne donc de cette annonce alors que des personnels formés et compétents existent déjà dans les
établissements scolaires. Ces personnels, afin d’éviter un décrochage et l’absentéisme, mènent un travail remarquable mais difficile faute de moyens réels. Au lieu de donner aux établissements scolaires les moyens nécessaires pour mener cette tâche, le Gouvernement préfère proposer des contrats précaires pour des personnes non formées. Cette mesure ne respecte ni les jeunes, ni les familles, ni les salariés de l’éducation nationale, ni les futurs médiateurs qui très rapidement risquent d’être confrontés à l’échec. Face à ce constat, il souhaiterait donc savoir les intentions du Gouvernement sur ce dossier
.”
http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-49438QE.htm