Le désengagement de l’Etat en matière d’accompagnement des enfants handicapés à l’école.

, par  Sandrine Stefkovic

La circulaire parue dans le BO du 22 octobre décrit le désengagement de l’Etat en matière d’accompagnement des enfants handicapés à l’école.
Le réémploi des AVS arrivés en fin de contrat est rendu possible, mais en passant par l’appui d’associations conventionnées avec l’Etat, ceci dans des cas bien précis : " lorsque la nature du handicap de l’élève et les compétences spécifiques de l’accompagnant le justifient" .

La lecture de certains passages de cette circulaire laisse au mieux muet, au pire très en colère.
Evoquant les non-reconductions de certains contrats et le renouvellement régulier des accompagnants auprès des élèves, la circulaire expose :
"Le changement d’accompagnateur, d’une année sur l’autre, contribue au développement de l’autonomie et de la capacité d’adaptation de l’élève handicapé".

En plus de devoir s’adapter à des locaux inadaptés, à des cours non adpatés, à l’absence de matériels en fonction du handicap, l’élève handicapé devra subir un turn-over d’AVS qui se succéderont en fonction de ladurée de leur contrat de travail. Bref, sa capacité d’adaptation devra être totale !

Par ailleurs, cette circulaire attaque sans ménagement les spécificités professionnelles de la fontion d’AVS en précisant que "les besoins d’accompagnement de la grande majorité des élèves handicapés ne nécessitent pas de recourir à des personnels spécialisés, leurs fonctions se limitant à une aide aux déplacements, à une assistance aux gestes de la vie quotidienne et à une aide à la réalisation des tâches scolaires".

Beaucoup d’AVs ne se reconnaîtront pas dans cette approche du métier qui va ,en réalité, bien plus loin qu’une simple présence physique auprès de l’élève en situation de handicap.

Circulaire n° 2009-135 du 5 octobre 2009, « Continuité de l’accompagnement scolaire des élèves handicapés » : http://www.education.gouv.fr/cid49300/mene0922380c.html