Compte-rendu du stage CPE du jeudi 19 novembre 2009 Dégradation des conditions de travail confirmée

, par  Sandrine Stefkovic

Après avoir fait le point sur les différentes CAPA de l’année dernière (notation administrative, avancement d’échelon, accès à la hors classe, mutations inter et intra), nous sommes entrés très rapidement dans le vif du sujet : le constat de la dégradation de nos conditions de travail.

Et ce à différents niveaux :

- Des collègues CPE arrivant sur un nouveau poste, suite à une mutation intra , ont eu parfois la désagréable surprise de se voir imposer par leur nouveau chef d’établissement un fonctionnement et des méthodes de travail en décalage avec notre statut et nos missions. Les collègues CPE ont alors beaucoup de mal à faire reconnaître leur qualité d’agent de l’Etat de catégorie A, concepteur de leur métier dans le cadre des missions clairement définies par les circulaires de 1982 et 1989. Les CPE rappellent qu’ils ne sont pas des "petits chefs de service" corvéables à merci. Le respect de notre statut et ,plus particulièrement, de nos horaires doit être réaffirmé.

- Corrélativement, le manque criant de postes de CPE dans les établissements (surtout en collège !) provoque une situation de saturation professionnelle. Aussi, pour pallier au manque de CPE, des chefs d’établissements n’hésitent pas à innover en toute illégalité : des collègues CPE ont eu la surprise de voir une vie scolaire Bis avec des assitants d’éducation faisant "fonction" de CPE. Le SNES rappelle son refus de voir les missions des CPE tranférées à un personnel non qualifié et non formé, que ce soit des AED ou des médiateurs de réussite scolaire (pour info, un petit coup d’oeil sur ce qui se passe en ce moment au Sénat à ce sujet, cliquez sur le lien : http://www.senat.fr/questions/base/2009/qSEQ090207561.html). Le SNES réitère sa demande d’augmenter le nombre de postes de CPE au concours externe et interne.

- A l’unanimité, les collègues CPE déplorent l’absence totale de formation continue depuis maintenant trois ans. La confrontation de notre expérience professionnelle, et particulièrement en réunion de bassin, est un élément clef pour permettre d’échanger sur l’évolution de nos pratiques professionnelles : lutte contre l’absentéisme, sconet, note de vie scolaire, gestion des élèves relevant des UPI...

Dans un tel contexte, le métier de CPE devient de plus en plus difficile. Nos missions sont bafouées ou ignorées, nos conditions de travail détériorées un peu plus chaque année.
Et les élèves dans tout cela ? Ils subissent de plein fouet les réformes gouvernementales et les transformations des métiers (enseignant, CPE, COPsy) au détriment d’une réussite sociale, professionnelle et scolaire pour tous.