Réforme des lycées : nous voulons rester maîtres de notre enseignement !

, par  Guillaume MARSAULT

Le ministère vient d’envoyer aux organisations syndicales ses propositions pour un examen devant le Conseil Supérieur de l’Éducation le 10 décembre. Il y a urgence pour agir !

Bien évidemment, les réductions de moyens font largement partie de la proposition de réforme avec des menaces concernant certaines disciplines. Mais il y a bien pire : les lycées ne sont pas les seuls concernés. Tout le second degré est concerné par le texte modifiant le fonctionnement des EPLE (Établissement Publics Locaux d’Enseignement), c’est à dire des collèges & des lycées.
Le texte préconise une modification du conseil pédagogique, qui serait transformé en cercle d’amis du chef d’établissement. Les références à la diversité disciplinaire disparaît & le chef d’établissement devient le seul maître pour choisir son entourage dans ce conseil qui voit par ailleurs ses prérogatives renforcées.
Le conseil pédagogique devient ainsi responsable de « la notation et l’évaluation des activités scolaire », qui jusqu’alors étaient de la responsabilité de chaque enseignant. C’est aussi une entrée pour pouvoir évaluer pédagogiquement les enseignants ! La liberté pédagogique de chaque enseignant, inscrite dans notre statut est bafouée.
Le conseil pédagogique devient de facto une hiérarchie intermédiaire au sein de l’établissement, qui contrôle les enseignants dans leurs pratiques pédagogiques & dans l’évaluation de celle-ci, tout en fournissant au chef d’établissement des indicateurs sur la performance individuelle de l’enseignant dans sa capacité à appliquer les directives !
Dans le même temps, les missions des IPR sont fondamentalement modifiées !
Les missions du conseil d’administration, seule instance démocratique & délibérative de l’établissement sont fortement diminuées. Le CA ne se prononce plus que sur les propositions du chef d’établissement en matière de dotation globale horaire, en matière d’autonomie ou de la structure de l’établissement. Les propositions des équipes pédagogiques ne sont plus étudiées. Le CA se voit asservi à un tout ou rien sur les propositions du chef d’établissement.
Pire, le Conseil d’Administration serait renvoyé à une simple instance consultative, puisque au deuxième refus du CA sur les propositions du chef d’établissement, c’est ce dernier qui décide !!!

Dans ce cadre, la réforme proposée vise non seulement des suppressions de postes par le biais des diminutions d’horaires, mais aussi par une autonomie bien plus forte des chefs d’établissement dans le cadre d’une mise en concurrence généralisée des établissements scolaires. Le décret de 1985, sur l’autonomie des établissements sous le contrôle des conseils d’administration est tout simplement balayé !

C’est la fin programmée du Service Public d’Éducation, National & Unique.
Il est encore temps de réagir. Profitons des conseils de classe & des réunions d’information syndicales pour discuter avec nos collègues, mais aussi & surtout avec les parents d’élèves & les élèves pour empêcher cette machine à casser l’Éducation Nationale d’œuvrer !

Une réunion débat est programmée le 10 décembre à 17h15, UFR STAPS, campus Fouillol, à côté de la fac de médecine VENEZ NOMBREUX !

SIGNEZ LA PÉTITION SUR LE SITE NATIONAL

La nouvelle pétition intersyndicale à l’appel de 8 syndicats et 4 associations (biologie-géologie, langues vivantes, langues anciennes, langues néo-latines, activités technologiques)

Des FICHES pour informer & débattre avec les collègues

Plus d’infos sur le site national

Un autre lien