Audience CPE

, par  Sandrine Stefkovic

Suite au stage CPE organisé par le SNES en novembre dernier, nous avons demandé une audience auprès du Recteur pour faire remonter nos propositions et revendications catégorielles. Cette rencontre a eu lieu lundi 8 février 2010. Nous avons été reçues par M. PIERRE-MARIE Secrétaire Général du rectorat, M. BERNARD Secrétaire adjoint, M. COADOU IPR-VS, Mme DERUSSY PVS et M. BENAZET. Les échanges ont été fructueux et nous l’espérons constructifs pour le devenir de notre profession.

Dans un premier temps, nous avons soulevé l’absence de formation continue pour les CPE, notamment les regroupements en bassin et la formation à l’outil SCONET. Réponse de l’administration : une réunion plénière des CPE sera prochainement programmée, elle devrait relancer les regroupements. Par ailleurs, la formation à SCONET devrait être aussi organisée, de manière urgente, et pour tous les CPE. Mme DERUSSY propose de relancer la formation des CPE sur l’analyse des pratiques professionnelles. Enfin, nous avons demandé que les interventions-conférences en plénière avec des personnalités extérieures soient remises en place (OBIN, VITALI) ; la réponse n’a pas été négative mais il est évident, au travers des échanges, que les CPE semblent avoir été négligemment oubliés par l’administration sur ce point lors des visites de ces derniers dans notre département.

Sur le respect de notre statut et de nos missions, le débat a été davantage corsé : nous nous retrouvons, à nouveau, face à une administration qui justifie des pratiques dans les établissements sous prétexte que nous sommes des membres de la communauté scolaire « incontournables ». Certes, nous en convenons, mais nous refusons d’être une catégorie professionnelle taillable et corvéable à merci. Nous avons convenu ensemble de la nécessité de former l’ensemble des collègues CPE à un usage optimal de SCONET et ce, de manière urgente afin d’harmoniser les pratiques liées au traitement de l’absentéisme. Le débat avec l’administration n’est pas clos. Et les pratiques non plus ! Une vigilance de tous s’impose sur ce point, aussi nous demandons aux collègues CPE de nous faire remonter tout abus constaté : horaire, missions, charge de travail… Trop souvent, l’administration présente les conflits CPE-Direction, isolés de fait sur le terrain, comme des malentendus anecdotiques alors que nous observons en réalité une nette dégradation de la collaboration entre le CPE et sa Direction, même là où ces relations étaient, jusque là, tout à fait cordiales.

Concernant, les équipes vie scolaire et particulièrement les assistants d’éducation (AED), le constat est affligeant : alors que la moyenne nationale d’encadrement est de 1 AED pour 98 élèves, l’académie de Guadeloupe comptabilise 1 AED pour 140 élèves.
Médiateurs de la réussite scolaire : 40 embauchés à ce jour. La difficulté de gérer ce nouveau personnel est loin d’être satisfaisante et l’administration rectorale reste encore dans l’expectative quant à la définition de leur mission. Le SNES Guadeloupe refuse de voir des personnels embauchés sur des missions relevant du corps des CPE et des Assistants Sociaux et constatent qu’ils sont mis à disposition du service Vie scolaire au même titre que les AED.

De nombreux points restent encore, faute de temps, inabordés dans le dialogue qui s’est engagé avec la direction rectorale, notamment en ce qui concerne l’épineux problème des unités pédagogiques d’intégration ou encore les équipes mobiles de sécurité.

Ambre MARSONI & Sandrine STEFKOVIC
Commissaires paritaires CPE