Affectation en Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna - rentrée février 2011

, par  Sandrine Stefkovic

La nouvelle note de service sur le mouvement de mutation en Nouvelle-Calédonie et à Wallis et Futuna pour la rentrée 2011 vient de paraître au B.O. du 20 mai 2010

(www.education.gouv.fr/cid51650/menh1010116n.html)

Personnels concernés

Les personnels enseignants du second degré, d’éducation et d’orientation titulaires peuvent faire acte de candidature sur les deux collectivités. Ceux ayant déjà exercé leur fonction dans une collectivité d’outre-mer ne peuvent déposer une nouvelle candidature qu’à l’issue d’une affectation d’une durée minimale de deux ans hors de l’une de ces collectivités.

Attention : les candidatures des personnels détachés à l’AEFE sont systématiquement rejetés (liste complémentaire) sauf s’ils ont leur centre d’intérêt matériel et moral en Nouvelle Calédonie et ce pour des raisons de calendrier scolaire.

Dépôt des candidatures

Les collègues devront saisir leur candidature sur SIAT entre le 27 mai et le 15 juin 2009. Les dossiers papier doivent être signés et remis au chef d’établissement en deux exemplaires au plus tard le 15 juin. La note de service insiste très explicitement sur le fait que les chefs d’établissement « veillent au bon acheminement des dossiers de candidature »qui doivent parvenir au plus tard, par la voie hiérarchique au bureau DGRH B2-2 cellule COM, le 28 juin 2010. Les candidats doivent conserver précieusement un exemplaire du dossier remis au chef d’établissement et ne pas hésiter à rappeler ses obligations, note de service à l’appui, à un chef d’établissement qui manifesterait son désaccord avec une telle demande : on voit de plus en plus de chefs d’établissement émettre des avis réservés sur un dossier de candidature parce qu’ils ne veulent pas que le collègue demandeur quitte son poste actuel, parce qu’un départ en cours d’année cause des problème de remplacements etc. On voit même des dossiers se perdre dans les méandres de la voie hiérarchique. De telles pressions sont inacceptables et l’administration est tenue d’acheminer toutes les demandes. Quant à l’accueil frileux de certains chefs d’établissement qui veulent « garder » leur personnel, il faut leur rappeler qu’ils n’en sont pas propriétaires et que les besoins éducatifs existent aussi en COM.

Pour de plus amples information,cliquez ici