Les SNES appelle à l’implication et à l’action !

, par  Guillaume MARSAULT

Situation générale
La section académique du SNES Guadeloupe a accueilli avec satisfaction la défaite de Nicolas Sarkozy, ainsi que la confirmation de cette défaite au mois de juin suivant lors des Législatives. Les premières déclarations pour l’Éducation Nationale ont été plutôt rassurantes avec l’annonce de l’abrogation du décret sur l’évaluation des enseignants & l’augmentation des recrutements. L’effort fait pour renforcer les vies scolaires en moyens humains est notable & va dans le sens voulu par le SNES.

Cependant, la rentrée 2012 a été préparée par le gouvernement précédent & les grandes orientations n’ont pas été immédiatement remises en cause par le ministre Peillon. Dans sa lettre aux enseignants publiée début juillet, le ministre se montre particulièrement attentiste pour ce qui concerne le second degré en n’abrogeant aucune réforme majeure de Chatel, renvoyant l’ensemble des décisions à la loi d’orientation discutée à partir de la rentrée.
Pourtant, il y a urgence. Le socle commun & le livret de compétences sont des outils de tri social, & d’exclusion, non de réussite de tous les élèves. La réforme des lycées vise à faire des économies et non la réussite de tous les élèves. Les résultats des élèves aux examens, & en particulier au baccalauréat, révèlent un retard de quarante ans par rapport à la moyenne nationale pour une classe d’âge donnée.

Bâti scolaire

Un plan d’urgence doit être mis en œuvre pour rattraper le retard en matière de bâti scolaire. Les élèves et les enseignants ne peuvent être rendus responsables des lacunes des collectivités territoriales. L’État qui a défini l’Éducation comme priorité du quinquennat doit mettre les moyens nécessaires à la réussite de tous, sur l’ensemble du territoire. À l’opposé du discours sur l’égalité des chances véhiculé par la droite libérale pendant dix ans, il est urgent de mettre en œuvre l’égalité pour tous. Cette égalité commence par des établissements modernes aux normes para-sismiques, ventilés ou climatisés. Le code du travail considère que celui-ci devient pénible à partir de 26° et dangereux au-delà 30°. Ces températures sont malheureusement la norme dans la plupart des établissements de l’académie qui sont vieillissants voir vétustes, parfois insalubres & systématiquement surpeuplés. L’entretien doit être une priorité.
Les constructions de collèges ne suivent pas le rythme de la croissance démographique. L’absence trop fréquente de cantines scolaires & la tolérance pour les ventes illégales de sandwichs, sodas, sucreries à l’intérieur même des établissements aggravent les problèmes d’obésité dont notre académie détient malheureusement le record. La loi doit commencer par s’appliquer & des cantines doivent être construites dans tous les établissements scolaires. Ces cantines doivent être des unités de production de nourriture.
Le nombre de places en internat est largement insuffisante au vu des élèves issus de l’archipel qui n’ont pas de solution d’hébergement. Il est urgent de construire des internats dans tous les lycées pour offrir des capacités d’accueil à tous les élèves & éviter les déscolarisations précoces.

Équipements & matériels

Le SNES Guadeloupe réclame un plan d’urgence pour rattraper l’ensemble des retards dont est victime notre académie en matière de matériels & équipements. De nombreux collèges n’ont toujours pas une salle informatique avec un poste par élève, ni d’accès Internet permettant de travailler une heure sur le réseau. À l’heure de la généralisation du cahier de textes numériques, des collèges ne l’évoquent même pas faute de matériel adéquat. Dans certains lycées, la question est évoquée, mais les moyens ne suivent pas.
Au vu de la situation géographique, les manuels scolaires arrivent régulièrement bien après la rentrée des élèves, perturbant le travail scolaire pendant plusieurs semaines !

Hygiène, sécurité et conditions de travail

La CA académique réclame l’installation effective du CHS, comme l’instaure le décret n° 91-1194 du 27 novembre 1991, dans tous les établissements de l’académie avec la nomination d’un ACMO . Nous incitons les militants du SNES à prendre une pleine part dans le fonctionnement de cette instance.

Loi sur le handicap.

L’accueil des handicapés qui est une obligation depuis la loi de 2005 va s’améliorer quelque peu avec la trentaine d’AVSi supplémentaires proposés par le MEN, cependant, l’accueil des handicapés nécessite des locaux adaptés. Pour cela, il faut assurer les moyens pour permettre l’entretien et le fonctionnement d’ascenseurs, ou construire des établissements de plain-pied. Il faut que tous les droits des élèves handicapés soient respectés, y compris pendant les examens. La réussite des élèves passe par une formation de tous les personnels des EPLE.

Les personnels

Pour les personnels, la formation continue est fortement lacunaire, & la préparation aux concours catastrophique, faute de moyens alloués pour rendre les formations pertinentes & faute d’une logistique cohérente.
Dans notre académie, il y a d’autant plus urgence que les difficultés socio-économiques s’accumulent. Les centaines de contractuels utilisés comme variable d’ajustement ne peuvent demeurer dans cette situation insupportable plus longtemps. Il en va de la qualité du service public d’Éducation. Il y a la plus grande urgence à mettre en œuvre un plan de titularisation de tous les non-titulaires en leur assurant une formation de qualité.
Faute de moyens, les convocations pour examens & concours sont envoyées au dernier moment. L’organisation des épreuves s’en ressent fortement & les élèves sont les premiers pénalisés. Le paiement des indemnités d’examens & concours avec des mois de retard est un manque de respect manifeste pour les enseignants.

Les carrières

La situation de l’archipel & l’absence d’IPR en résidence dans l’académie dans de trop nombreuses disciplines, entraîne de grandes distorsions de notation & une irrégularité très forte dans l’évaluation des personnels. Les collègues sont trop souvent victimes de la double insularité & les carrières s’en ressentent nettement.
Une réflexion doit être menée sur les indemnités versées dans l’académie pour éviter les aberrations. L’indemnité de vie chère, versée à tous les personnels doit être étendue aux retraités pour enrayer le phénomène de maintien coûte que coûte en activité jusqu’à la limite légale de départ en retraite. D’autre part, même si l’IPSI n’est pas la panacée pour Saint-Martin & Saint-Barthélemy, il convient de réfléchir à un système d’indemnisation pérenne qui rende ces territoires attractifs.
La revalorisation salariale est au cœur des problématiques de la rentrée, & elle doit être fortement mise en avant. La perte de pouvoir d’achat ces dernières années est d’autant plus forte que les prix augmentent, malgré la prise de conscience du LKP en 2009. Ceci est d’autant plus vrai quand on s’intéresse aux biens culturels qu’il faut quasi-systématiquement commander en métropole, ce qui ajoute aux coûts, des frais de port exorbitants.

Calendrier

Le calendrier scolaire de notre académie se trouve systématiquement bancal, avec de lourds déséquilibres entre périodes de vacances scolaires et périodes de travail, si bien que loin d’une reconquête du mois de juin, les élèves se retrouvent le plus souvent désœuvrés dès début mai, entre les ponts & la semaine de vacance posée pour compenser l’unique semaine donnée lors du Carnaval.
Le SNES Guadeloupe réclame une remise à plat des vacances scolaires, avec l’ensemble des acteurs concernés pour définir un calendrier scolaire construit dans l’intérêt premier des élèves.

Action

Le SNES Guadeloupe appelle tous les collègues à se réunir au plus vite en heures syndicales pour faire l’inventaire des difficultés & revendications à porter lors du débat sur la refondation de l’école, mais aussi & surtout pour les états généraux de l’Éducation que le SNES organisera en octobre.
Le SNES Guadeloupe appelle les collègues à se lancer dans l’action à chaque fois que la situation le nécessitera & à médiatiser le plus possible ces actions pour dénoncer cette rentrée catastrophique.
Le SNES Guadeloupe appelle l’ensemble de ses syndiqués à s’investir dans les débats institutionnels sur la refondation de l’école & pour les états généraux du SNES pour que notre projet de réussite de tous soit porté haut & entendu le plus largement possible.
Le SNES Guadeloupe envisage l’idée d’une action de grève avant les vacances de la Toussaint si les annonces du ministère se contentent d’un simple saupoudrage de moyens et ne prennent pas en compte les difficultés pour mettre en place un plan d’urgence pour l’Éducation.