30 suppressions de postes insupportables pour le Second degré ! 21 janvier 2013

, par  Guillaume MARSAULT

Monsieur le Recteur,
La FSU est scandalisée par votre convocation dans l’urgence de ce CTA (convocations envoyées 5 jours avant le comité) qui pose d’énormes problèmes d’organisation des membres élus des personnels ! Les documents ne sont arrivés que le lendemain alors qu’ils sont disponibles depuis longtemps puisque les établissements les ont reçus depuis très longtemps.

La FSU dénonce cette absence totale de dialogue social au niveau académique puisque le CTA est mis devant le fait accompli des choix du rectorat de renoncer à toute ambition pour l’éducation de la jeunesse guadeloupéenne en supprimant 40 postes pour la rentrée prochaine, alors que dans le même temps le reste de notre République augmente le nombre d’enseignants.

Malgré les immenses difficultés rencontrées par notre académie (archipel, difficultés socio-économiques, immigration, bilinguisme...), le rectorat de l’académie fait le choix d’utiliser le ridicule argument de la démographie pour justifier de nouvelles suppressions de postes, perpétuant la politique sarkozyste dans lequel le rectorat semble se complaire !

Au lieu de compenser la sous-dotation chronique de notre académie par des augmentations de moyens qui permettraient de faire le choix de la réussite de tous les élèves, le rectorat a fait le choix délibéré de renoncer à une politique pour tous les élèves et continue une politique de tri social qui ne permet la réussite que d’une élite.

En supprimant des postes dans le premier degré, le rectorat se met dans l’incapacité d’appliquer la politique de scolarisation des moins de trois ans ainsi que les écoles avec plus de maîtres que de classes. Au lieu de généraliser cette politique voulue par le ministère qui n’aurait été possible qu’en augmentant les moyens, le rectorat de l’académie choisit une nouvelle fois de mener une politique de saupoudrage et d’affichage, qui ne bénéficiera qu’à une infime minorité !

La FSU dénonce l’urgence dans laquelle les DGH ont été votées, pour empêcher toute action collective de dénonciation des suppressions injustifiées de moyens ! Les DGH doivent toutes être remontées au rectorat le 22 janvier, alors que les années précédentes, les votes avaient lieu plus de deux mois plus tard. Le rectorat a mis une pression sur l’ensemble des EPLE pour opérer des votes dans l’urgence, souvent sans concertation, voire sans document ! Le lycée de St Martin est d’ailleurs en grève reconductible sur ce sujet depuis jeudi pour ces raisons et la mobilisation ne faiblit pas !

Monsieur le Recteur, la FSU dénonce votre politique libérale hypocrite de suppressions de postes qui laisse croire qu’il s’agit d’un choix ministériel, alors que c’est votre choix. Monsieur le Recteur, la FSU dénonce votre politique libérale de tri social qui découle des suppressions de postes. Monsieur le Recteur, la FSU dénonce votre politique libérale qui interdit la réussite de tous les élèves ! Monsieur le Recteur, la FSU dénonce votre politique libérale d’abandon de la jeunesse.

Les élu-e-s de la FSU Guadeloupe