CA Académique SNES Guadeloupe

, par  Guillaume MARSAULT

Action

Le SNES Guadeloupe se félicite de la réussite du petit déjeuner d’accueil syndical organisé à l’initiative des syndicats de la FSU qui s’est déroulé aux Ailes Guadeloupéennes, regroupant plusieurs dizaines de collègues de cinq syndicats de la FSU.
L’appel à la grève du 10 septembre sur les retraites a été relayé par les syndicats de la FSU, mais force est de constater que le mouvement a été peu suivi. Pourtant, notre profession fortement féminisée va être frappée de plein fouet par cette réforme injuste qui fait porter sur les seuls salariés le poids de l’effort à accomplir.
Anticipant une faible mobilisation (ni Solidaires, ni FO, ni la CGT au niveau local n’ont appelé à la grève ni à la mobilisation), la FSU a organisé une conférence de presse le 10 septembre pour obtenir une couverture médiatique importante pour cette grève nationale interprofessionnelle.

Le travail de mobilisation est nécessaire pour réussir une action majoritaire sur le sujet. La date du 10 septembre ne permettait pas cette mobilisation.
Il est important d’aller à la rencontre des stagiaires dans les établissements scolaires pour les aider au mieux à entrer dans le métier, le rectorat ayant fait des choix d’affectation plus que surprenants.


Rentrée scolaire

Le SNES-FSU, au vu des remontées d’établissements fait un constat unanime : de nombreux élèves se retrouvent en l’état sans professeur, et les classes sont surchargées.
Les indicateurs affichés par le Recteur pour supprimer des enseignants alors que partout dans les autres académies, ils augmentent, sont contredits par la réalité ! Outre les disciplines déficitaires pour lesquelles le rectorat n’a toujours pas recruté les contractuels, comme en Histoire Géographie à Yssap Sainte Anne, Douville, des élèves se retrouvent aussi sans professeur de mathématiques au lycée des Droits de l’Homme ou au collège Boisripeaux. Au collège Soualiga de Saint Martin, les effectifs explosent avec plus de 26 élèves par classe, alors que l’établissement est en éducation prioritaire, et il manque un enseignant en SVT. Au Mont des Accords, il manque un professeur d’Espagnol.
Les affectations des élèves semblent s’être mieux passées que l’année dernière avec une quarantaine élèves non affectés en fin de troisième, cependant, dans les établissements, de nombreux élèves se retrouvent affectés dans des options ou séries qu’ils n’avaient pas choisis faute de place !


Handicap

Au collège de Marie Galante, l’accueil d’élève handicapé pose une nouvelle de graves soucis, comme à chaque rentrée, faute d’y mettre les moyens matériels nécessaires. Au lycée de Providence, il y a des problèmes d’accès dans de nombreuses salles. Au nouveau collège de Capesterre Belle Eau, l’accueil des élèves handicapés en salle de sciences est plus que compliqué.
Les moyens humains en AVSi sont fortement lacunaires dans plusieurs établissements. Les contrats souvent mixtes entre vie scolaire et aide au handicap complexifient encore plus la situation.

Emploi
Faute de moyens, indique le Recteur, les commissions obligatoires d’affectation des personnels du second degré ne se sont pas tenues, de même que celles d’affectation des non titulaires. C’est donc dans une opacité la plus totale que les affectations se sont faites, en violation des textes réglementaires et en dépit du bon sens. Un non titulaire en CDI résidant à St François se retrouve affecté au collège de Vieux Habitants, un autre se retrouve sur deux établissements : Anse Bertrand et Capesterre Belle Eau ! En dépit de tout bon sens, cinq collègues stagiaires ont été affectés au collège ECLAIR de Abymes Bourg.
Ces choix d’affectation pour les non-titulaires vont mettre en difficulté leur formation et leur chance d’obtenir un concours. Au lieu de résorber la précarité, le rectorat fait le choix délibéré de l’entretenir, ce qui est tout à fait inacceptable.
En toute opacité, le Rectorat a transféré au SAIO en cette rentrée deux demi-postes de conseiller d’orientation, alors que le SNES-FSU a réclamé en vain toute l’année dernière un bilan des postes par CIO. La charge de travail des COPsy dans les CIO est donc fortement accrue.
Le management local n’est pas exempt de reproches non plus. Dans certains collèges, on demande aux collègues d’acheter leurs stylos feutre pour écrire au tableau ou de payer pour faire les doubles des clés des salles, comme à Grand Camp. La situation au collège des Roches Gravées à Trois Rivières ne s’améliore pas. Les élus au conseil d’administration n’arrivent toujours pas à obtenir les documents nécessaires à établir la transparence nécessaire et légale.

TZR : des titulaires avec des droits
Le SNES-FSU Guadeloupe constate une nouvelle fois que les droits de cette catégorie de titulaires est proprement bafouée avec l’absence d’AjuAFA d’affectation et de grosses difficultés sur le plan local pour faire valoir leurs droits. Le rectorat prend prétexte d’un vide législatif dans la rémunération des collègues devant prendre le bateau pour assurer leur service pour ne pas défrayer leurs frais de déplacement. C’est proprement inacceptable : tout collègue a droit au remboursement de ses frais de déplacement. De trop nombreux chefs d’établissement refusent aussi de faire signer des états VS aux collègues TZR, leur confisquant par là-même tout droit à indemnité ZEP, indemnité de professeur principal ou éventuelle heure supplémentaire. Cette situation doit changer : tout collègue qui effectue un service doit signer un état VS.

Allègements programme

Le SNES-FSU Guadeloupe se félicite de la victoire de notre organisation sur des programmes qui étaient proprement ingérables. Les allègements permettront d’enseigner dans des conditions plus sereines et donneront le temps nécessaire aux élèves pour acquérir les notions et connaissances. La réflexion doit se poursuivre sur les programmes en vue de la refonte des programmes prévue par le ministre dans les années à venir. Notre académie souhaite que les adaptations de programme qui subsistent dans notre académie disparaissent à terme pour être intégrées dans les programmes d’Histoire Géographie pour tous. L’histoire des outremers peut être enseignée à tous.