Consultation sur le socle : précipitation académique et choix erronés !

, par  Guillaume MARSAULT

Le Recteur de l’Académie de la Guadeloupe a donc choisi la date du mercredi 8 octobre pour l’ensemble des écoles et des collèges.
Le choix du mercredi matin nous semble peu pertinent au regard de la féminisation des corps enseignants (60% de femmes dans le second degré). Dans les établissements du second degré, le mercredi est un jour où de nombreuses enseignantes mères de famille ne sont pas présentes.

Le Recteur semblait avoir pourtant découvert, le 26 aout 2014, l’urgence de la question de l’égalité homme-femme dans l’académie. Force est de constater qu’il n’a pas encore pris la mesure de ces problématiques.

En tout état de cause, le choix d’une demi-journée commune pour le premier et le second degré met tout le monde en difficulté et les problème de garde des enfants vont être tout simplement insurmontables, alors qu’il était tout à fait possible de dissocier les demi-journées entre premier et second degré, les problématiques étant différentes et différenciées dans l’esprit même des concepteurs de ce nouveau socle commun au sein du Conseil Supérieur des Programmes (CSP).

À l’heure de la réflexion, le SNES-FSU appelle l’ensemble des collègues à consulter dès aujourd’hui les propositions du SNES-FSU et à investir autant que possible les différentes réunions qui vont avoir lieu.

Le SNES-FSU Guadeloupe déplore également la précipitation dans laquelle cette consultation est réalisée, de même que les méthodes proposées pour cette consultation. Les questionnements proposés sont fermés, alors que les discussions devraient être totalement libres pour les collègues. Une nouvelle fois, l’administration nie la capacité de réflexion et de proposition des collègues en leur imposant un cadre contraint. Les collègues ne sont-ils pas capables eux-mêmes de dire ce qu’ils pensent de la double évaluation qu’on leur a imposé depuis le socle commun de 2005 ? Les collègues ne sont-ils pas capables de s’interroger sur la pertinence d’une évaluation à deux niveaux, livret de compétences d’un côté et diplôme national du brevet de l’autre ? Les collègues ne sont-ils pas capables de voir les avancées proposées par la proposition du CSP avec l’idée d’une culture commune, mais du danger représenté par l’idée de socle ?

L’échec du socle version 2005, qui a été combattu par le SNES et la majorité de la profession, a été patent. Le socle version 2014 est d’abord un souhait du Ministère et si le SNES incite les collègues à s’emparer de la consultation massivement c’est pour éviter qu’une minorité qui, idéologiquement, refuse de sortir de la logique du socle et du tri social inhérent, ne fasse revenir dans la nouvelle mouture tout ce que la profession a massivement repoussé.

Pour préparer au mieux cette demi-journée banalisée, le SNES-FSU Guadeloupe appelle les collègues à s’emparer des outils mis à leur disposition sur le site national : http://www.snes.edu/Consultation-socle-commun.html