Déclaration des élus FSU au comité technique académique CTA du 16 octobre 2014

, par  Guillaume MARSAULT

Monsieur le Recteur,
Malgré l’opposition de notre organisation syndicale qui contredisait vos prévisions et le constat sur la situation réelle dans les EPLE de l’académie, vous avez décidé de passer en force et de supprimer 31 postes pour le second degré, après avoir cautionné les passages en force de plusieurs chefs d’établissement lors du vote des DGH dans les EPLE, et imposé un calendrier qui empêchait tout dialogue social au niveau local.

En cette rentrée, suivant vos documents statistiques, 9 créations de divisions en collège et 6 en lycée sont actées en contradiction avec les prévisions du rectorat de l’année passée. Dans plus de 25% des établissements, vous avez donc commis une erreur de prévision, systématiquement en sous évaluant les effectifs !

En EPS et malgré le décret n° 2014-460 du 7 mai 2014, plusieurs collègues affectés sur poste fixe ou TZR n’avaient pas de forfait d’association sportive dans leur service.

Monsieur le Recteur, nous ne remettons pas en cause les compétences des services qui ont fait leur travail en suivant vos directives ! Nous contestons vos choix politiques qui ont consisté à sous estimer volontairement la démographie réelle dans l’académie pour supprimer des postes !

À l’arrivée Monsieur le Recteur, alors que le gouvernement en place mène une politique de titularisation dans le service public de l’Éducation Nationale, vous précarisez l’emploi dans l’Éducation Nationale par vos choix politiques.

Monsieur le Recteur, vos choix de gérer l’éducation prioritaire dans l’opacité la plus totale pour le choix des trois REP+ l’année dernière ont accru les besoins en personnels.

Quant à votre choix de gérer la difficulté scolaire en dehors des DGH, juste pour diminuer artificiellement les besoins, il scandalise notre organisation syndicale est scandalisée par ce choix qui car il met en difficulté les équipes pédagogiques, mais surtout les élèves les plus fragiles qui ont le plus besoin de l’aide du service public.

Monsieur le recteur ce sont plus de 33 postes en heures postes que vous recréez et l’équivalent de 37 en HSA, qui vont dégrader d’autant les conditions de travail des enseignants qui les acceptent.

Notre organisation persiste dans ses demandes de plan d’urgence académique pour classer l’ensemble de l’académie en Éducation prioritaire, avec création immédiate de 400 postes.

Par ailleurs, la FSU dénonce les 10 fermetures de classes qui ont entrainé la création de classes à 5 niveaux sur 2 cycles alors que l’académie a encore 11.5 moyens en réserve.

La FSU apporte tout son soutien à la collègue qui a subi l’agression d’un parent d’élève à St-Martin. Suite à l’agression du directeur de l’école Jean Zébus, de nombreuses promesses nous avaient été faites. Les organisations syndicales sont toujours en attente des réunions qui devaient se mettre en place afin de trouver les solutions pérennes à la violence.

Dans l’attente de satisfaction, nous réitérons notre demande d’un ou plusieurs groupes de travail pour l’élargissement de l’éducation prioritaire voulue par Madame la ministre dans le dialogue social.

Les représentants élus de la FSU