La FSU dénonce les choix de la nouvelle carte de l’éducation prioritaire !

, par  Laidi BenHaddou

La FSU Guadeloupe dénonce la politique de la gouvernance académique en matière d’éducation prioritaire. Notre académie multiplie les retards en matière d’éducation prioritaire depuis sa création. Alors que l’ensemble de l’académie devrait être classée au vu des critères socio-économiques de notre archipel, seule une poignée d’établissements ont aujourd’hui droit à un label. Malheureusement, les moyens fournis par l’académie ne suivent pas puisque l’année dernière, les établissements classés en éducation prioritaire comptaient plus d’élèves par classe que les établissements non classés !

Depuis la rentrée, le ministère a lancé le chantier de la refondation de l’éducation prioritaire. Dans ce cadre, il a fourni à l’ensemble des académies des indicateurs précis pour travailler sur la nouvelle carte de l’éducation prioritaire élargie dans le cadre du dialogue social.

Lors des deux comités techniques, la FSU a demandé la tenue de groupes de travail sur l’éducation prioritaire, puis la FSU a écrit a Monsieur le Recteur pour demander ce groupe de travail. Dans une réponse datant du 9 octobre 2014, Monsieur le Recteur s’est engagé à organiser un groupe de travail.

Malheureusement, ce jour, lundi 3 novembre, les organisations syndicales ont été convoquées au rectorat sur le thème de l’éducation prioritaire. Loin d’un groupe de travail, la directrice de cabinet de Monsieur le Recteur a introduit la réunion comme une simple présentation de la nouvelle carte de l’éducation prioritaire. La FSU a donc quitté la séance, qui n’était en rien un groupe de travail !

Dans notre académie, le dialogue social n’a donc pas eu lieu une nouvelle fois. La FSU dénonce l’opacité totale dans le choix des établissements entrants et sortants de l’éducation prioritaire. Monsieur le Recteur n’a pas tenu son engagement écrit du 9 octobre.

Monsieur le Recteur n’a pas répondu à la demande de Madame la Ministre de l’Éducation Nationale !