Tous en grève le 3 février !

, par  Laidi BenHaddou

Conditions de travail, emploi, salaires et formation seront les principales revendications exprimées à l’occasion de cette journée d’action. La politique éducative du gouvernement, qui reste affichée comme une priorité doit répondre aux besoins et attentes des personnels.

Tous en grève pour nos salaires !


L’ensemble des personnels est confronté au gel du point d’indice depuis 2010 et à l’absence de perspectives concernant la revalorisation de leurs missions et de leurs salaires alors que dans le même temps les primes des recteurs sont accrues de 69%. Pire, le paiement des allocations familiales au prorata de nos salaires va mécaniquement entraîner une baisse de nos traitements !

La formation initiale et continue doit être améliorée de manière urgente. Cette année encore, plusieurs formation à l’agrégation interne se sont arrêtées à peine commencées, faute de budgets ! La FSU exige l’ensemble des moyens financiers nécessaires (avec paiement de tous les frais inhérents aux stages) à la mise en œuvre d’un PAF cohérent et ambitieux.

Tous en grève pour nos conditions de travail !

Non aux suppressions de postes !

Malgré les créations de postes au niveau national, la Guadeloupe a connu une saignée continue depuis 2009 !

34 suppressions de postes à la rentrée prochaine soit 359 depuis 2009 pour le seul second degré, toujours sans aucun lien avec la démographie : les effectifs enseignants baissent deux fois plus vite que les effectifs élèves.

Les conditions d’exercice se dégradent d’année en année, alors que la scolarisation des moins de trois ans n’est toujours pas accessible à tous.

Pour un plan d’urgence contre la violence dans nos établissements !

Les violences se multiplient dans les établissements scolaires (Gourdeliane à Baie Mahault, Quartier d’Orléans à Saint-Martin, école Zebus aux Abymes, par exemple) laissant les équipes pédagogiques seules et démunies pour gérer les situations. La FSU exige des moyens humains et financiers afin de sécuriser les établissements et prendre en charge efficacement les élèves les plus en difficulté.

Tous en grève pour une vraie politique d’Éducation prioritaire !

3 établissements supplémentaires seulement classés en éducation prioritaire à la rentrée prochaine (12 REP et 3 REP+), alors que l’ensemble des établissements de l’académie pourraient prétendre à devenir REP+ au vu de leur caractéristiques.

Des établissements qui ne vont pas bénéficier de moyens supplémentaires alors qu’ils sont en grande difficulté (Collège de Bel Air à Capesterre et les écoles qui en dépendent, Soualiga à Saint-Martin, mais aussi toutes les dépendances, Marie Galante, les Saintes).

La FSU exige le classement de l’ensemble de l’académie en éducation prioritaire et dans l’immédiat le classement de l’ensemble des dépendances et des territoires les plus fragilisés en REP+


C’est pour mettre en avant ces revendications et ses propositions que la FSU appelle les personnels à se mettre en grève le mardi 3 février 2015.

Rendez-vous salle Remy Nainsouta à Pointe à Pitre à 8h