Correction du brevet : respectons les missions des enseignants ! Réaction du SNES-FSU à la circulaire publiée par le doyen des corps d’inspection

, par  Guillaume MARSAULT

Notre organisation syndicale dénonce depuis plusieurs années les dysfonctionnements administratifs autour des examens (Bac, Brevet, BTS ...) : convocations des correcteurs eu dernier moment (la veille pour le lendemain pour le brevet l’an dernier) ou même en retard (examinateur de langues convoqués alors que les épreuves orales ont déjà commencé), non versement des défraiements de corrections pour le DNB.

Le SNES-FSU Guadeloupe est très favorable à une harmonisation pédagogique des notes, cependant la circulaire signée par Monsieur le doyen des corps d’inspection ne propose pas une harmonisation de la notation, mais une véritable caporalisation du corps enseignant et un contrôle de l’enseignant qui va totalement à l’encontre du professionnalisme demandé au quotidien dans le cadre de la liberté pédagogique. Même pour les plus grands concours de la fonction publique, on n’en demande pas autant aux enseignants.

Rappelons que les corrections du DNB sont très mal payées et avec beaucoup de retard par l’administration de ce rectorat. L’obligation de service, c’est de corriger des copies, non d’imposer une présence sur site pendant trois jours, avec constitution de moyennes, d’écart types quotidiens pour vérifier que chaque correcteur est bien dans la moyenne prévue par chaque inspecteur.

Quelle est la finalité de cette démarche ? S’il s’agit d’améliorer les corrections, le SNES-FSU Guadeloupe est prêt à discuter avec les corps d’inspection dans le cadre d’un groupe de travail de l’ensemble des éléments qui permettraient d’améliorer les conditions de correction. Mais s’il s’agit uniquement d’un contrôle accru des corps d’inspection dont la finalité est l’amélioration artificielle des résultats au DNB, ou pire de remplir des tâches administratives statistiques que l’administration n’est pas en état de fournir faute de personnels, notre organisation syndicale s’y oppose fermement.

Le SNES-FSU Guadeloupe ne voit pas l’intérêt de convoquer trois jours pleins l’ensemble des enseignants des trois disciplines alors qu’au vu du volume de copies à corriger, l’immense majorité des collègues les corrige en une journée. Toujours est-il que si Monsieur le Recteur tient à mettre en application cette directive, il lui appartient d’envoyer les convocations au moins deux semaines à l’avance pour que les collègues puissent organiser leurs contraintes personnelles.

Le SNES-FSU Guadeloupe demande le paiement de tous les examens non payés des années précédentes au plus.

Si aucun groupe de travail n’est réuni rapidement, le SNES-FSU Guadeloupe appellera l’ensemble des collègues à remplir exclusivement la mission légale et réglementaire pour laquelle ils sont rémunérés : Décret du 17 décembre 1933 (RLR 700-4) La participation aux examens et jurys est une obligation de service. La surveillance des épreuves, la correction des copies et la participation aux jurys font partie des obligations de service pour tous les examens et concours qui correspondent à la qualification détenue corriger les copies.

Il s’agit bien de corriger les copies, non de faire des statistiques, ni même de mettre les notes sur Internet ! Notre organisation syndicale est ouverte au dialogue, mais dans la situation actuelle de blocage du point d’indice, de dégradation des conditions de travail, notre organisation syndicale appellera à s’en tenir strictement aux missions définies par la loi si aucun consensus n’est possible.