Tous en grève le 17 septembre !

, par  Guillaume MARSAULT

L’immense majorité de la profession s’oppose à la réforme des
collèges. Contrairement à une partie de la droite extrême et de divers
courants réactionnaires qui dénoncent la réforme des programmes, le
SNES-FSU et la profession dénoncent le fond de la réforme qui va diminuer
l’horaire élève, mettre en concurrence établissements et disciplines par
le biais de l’autonomie. La suppression des classes bilangues, qui
permettait dans nombre d’établissement de l’académie de maintenir une
certaine hétérogénéité sociale, va ouvrir tout un champ pour
l’enseignement privé qui va pouvoir recruter tout ou partie de ces
élèves.

Car le fond du problème de la réforme, c’est bien son ambition libérale
de réduire les coûts, de mettre en concurrence et d’effectuer un tri
social. Quand on parle de l’autonomie de l’établissement, il s’agira de
l’autonomie du chef d’établissement (puisque c’est lui qui désigne les
membres du conseil pédagogique). Mais que seront les 20% d’autonomie dans
des dotations horaires contraintes ? Faire le choix d’une discipline contre
une autre dans le cadre d’une feuille de route fixée académiquement.

Pour la Guadeloupe, l’ensemble des collèges qui ont des résultats inférieurs à la moyenne au brevet des collèges peuvent se préparer à un objectif simple : le socle, français, mathématiques et histoire géographie pour augmenter les résultats au brevet. Hindi, créole, latin
disparaîtront de facto !

Quels choix vont faire les familles favorisées quand elles vont voir un
collège avec de multiples options et un collège réduit à n’enseigner
que le socle....?

Le développement des enseignements interdisciplinaires a clairement une visée libérale. Les études scientifiques menées par Stéphane Bonnery
et d’Elisabeth Beautier démontrent qu’à l’inverse de ce que la ministre
affiche, l’interdisciplinarité va accroître les inégalités entreélèves, puisque ces enseignements favorisent les élèves quiréussissent le mieux et mettent en difficulté... les élèves en difficulté ! Pire, ces horaires interdisciplinaires vont être pris sur les horaires disciplinaires, déjà réduits à la portion congrue par les multiplesréformes libérales.

Contrairement à la communication du ministère, du rectorat et des chefs
d’établissement, ce n’est pas parce que les enseignants n’ont pas compris
la réforme qu’ils la contestent, c’est justement parce que nous avons
très bien compris les enjeux de cette réforme que nous serons tous en
grève jeudi ! C’est parce que les formations mises en place en catastrophe
par l’institution ne donneront ni heures de cours supplémentaires ni
moyens pour enseigner dans de meilleures conditions que nous serons en
grève ce jeudi !

Rendez-vous devant le nouveau rectorat à 9h ! (pour ceux qui ne savent
pas où il se trouve, c’est à la sortie des Abymes direction Morne à
l’Eau, au niveau du rond-point de Perrin, voir plan en pièce jointe).

Tract greve 17 septembre

Plan accès rectorat Guadeloupe {JPEG}