Encore 35 postes supprimés en Guadeloupe !

, par  Laidi BenHaddou

Communiqué de la FSU Guadeloupe
Carte scolaire : 35 suppressions de postes dans le second degré,
aucune création pour le primaire pour rentrée scolaire 2016

Le couperet est tombé en catimini mercredi soir, entre les deux tours des élections régionales qui éclipsent toute autre information digne de ce nom. La ministre de l’Éducation a profité de cette fenêtre médiatique pour n’avoir aucun besoin de communiquer et de s’expliquer sur ses choix.

L’académie de Guadeloupe va subir une nouvelle saignée insupportable de 35 postes dans le second degré et aucune création dans le premier degré, pour des motifs exclusivement démographiques.

Cependant l’analyse de la carte démontre que d’autres critères sont parfois utilisés : ainsi l’académie de Paris qui perd aussi de nombreux élèves gagne 2 postes, l’académie de Poitiers dans la même situation en gagne 95 !

La FSU Guadeloupe dénonce l’inertie du rectorat qui refuse de donner la priorité à l’éducation sur notre territoire pourtant en très grave difficulté ! Faute de présenter des indicateurs dignes de ce nom, notre académie va une nouvelle fois, comme c’est le cas chaque année depuis cinq ans, supprimer des postes au mois de mars, précarisant les collègues dont le poste est supprimé ou scindé en deux, pour récréer le double de postes précaires à la rentrée prochaine.

La FSU Guadeloupe dénonce toute velléité d’ambition pour l’éducation derrière le paravent démographique qui ne tient pas la route ! Les besoins en enseignants titulaires sont importants. Tous les ans, notre organisation syndicale plaide pour un plan d’urgence pour l’Éducation en Guadeloupe, sans jamais être entendue.

Les élèves guadeloupéens sont les victimes de cette politique attentiste, qui condamne des centaines d’enfants à quitter le système scolaire sans diplôme chaque année, qui condamne notre académie à des taux de réussite aux examens largement inférieurs à la moyenne nationale, qui condamne notre académie à n’avoir aucune politique en matière d’éducation prioritaire !

La réforme du collège que nous dénonçons devait engendrer une augmentation des postes à en croire la ministre. La Guadeloupe devra donc supprimer de très nombreuses options et les choix pour les familles seront contraints par ces choix budgétaires, comme notre organisation syndicale l’a maintes fois dénoncé. Les élèves guadeloupéens devront se contenter de la portion congrue en matière d’éducation.

Pour le premier degré, la FSU demande de nouveaux moyens permettant de réduire la taille des classes, de reconstituer les RASED et les brigades de remplacement, pour notamment reconstruire la formation continue des enseignants actuellement, en friche.

Par ailleurs, comment déployer de manière significative le « plus de maîtres que de classes » ou la scolarisation des moins de 3 ans sans aucune création de postes cette année ? Il s’agit pourtant de mesures déterminantes pour la réussite des élèves.

Les élus politiques ne se préoccupent pas plus de la situation éducative de l’académie puisqu’aucun des élus nationaux que notre organisation syndicale a interpellé par écrit concernant la réforme du collège n’a daigné répondre. Pourtant, l’ensemble des élus de Guadeloupe a voté pour la réforme du collège à la rentrée prochaine. Comment les enseignants vont-ils pouvoir la mettre en œuvre à moyens décroissants ?
La FSU dénonce cette politique inique, qui accroît les inégalités sociales, qui empêche notre académie de se tourner vers la société de la connaissance.

Communiqué FSU - Suppression de 35 postes

Contacts :

Eddy SÉGUR Secrétaire Départemental 0690 98 98 05

Guillaume MARSAULT Secrétaire Adjoint 0690 92 20 14