La droite lance une campagne d’opinion réactionnaire !

, par  Guillaume MARSAULT

Darcos vient à peine de renoncer à passer en force sa réforme des lycées que la droite, loin de renoncer à casser l’Éducation nationale, lance via Internet une campagne d’opinion pour tenter de convaincre, avec des arguments passéistes, qu’il faut passer outre les syndicats pour réformer le système éducatif en profondeur

Il s’agit à priori d’un "référendum" online (http://www.soseducation.com/referendum.php ). On vous pose une dizaine de questions sur l’Éducation pour connaître votre avis. Mais très rapidement, on s’aperçoit que les questions sont tellement orientées que les réponses attendues sont comprises dans les formulations interrogatives. La vision de l’Education proposée correspond à l’École mythique & mythifiée de grand-papa. Celle où le maître avait de l’autorité. Celle des leçons de morale & des coups de bâtons. Celle qui permettait à la bourgeoisie d’accéder au lycée, & aux enfants du peuple de se retrouver sur le marché du travail à 12 ans, en sachant déchiffrer, écrire & avoir appris par cœur une méthode de résolution des baignoires qui fuient.

D’ailleurs, les questions ne se cachent pas : "faut-il remettre un concours d’entrée en 6ème ?", "des leçons de morale seraient-elles positives ?"... Elles ne se cachent tellement pas, qu’elles en deviennent obscènes quand la question du syndicalisme est abordée : "Pensez-vous qu’il est temps de mettre fin aux abus de pouvoir des patrons des syndicats d’enseignants, qui bloquent les réformes nécessaires ?"
Ceux qui n’auraient pas encore compris de quoi il retourne sont servis. On remet en cause le SNES qui vient pourtant de gagner les dernières élections professionnelles !

Répondre aux questions permettra peut-être de limiter les méfaits de ce sondage. Cependant, ce qui ressort de cette initiative de droite, c’est de constater que loin de renoncer, la droite tente de mobiliser l’opinion publique sur les thèmes de la réforme de l’Éducation, dans un sens le plus rétrograde qui soit. Les ambitions de sortir les élèves en difficulté du collège sont clairement affichées.
La droite ne veut plus de l’égalité entre tous, elle se contente de l’égalité des chances : un système méritocratique, où un petit nombre réussit & où les autres vont grossir les rangs des non qualifiés sur le marché du travail. Comme il n’est pas possible d’écrire que l’on veut évincer toute une partie des élèves, on prétend les envoyer vers le monde de l’entreprise !!!! Vaste hypocrisie !
Le SNES doit ,lui aussi, plus que jamais mener une campagne d’opinion, auprès de la profession, mais aussi au-delà, auprès des parents d’élèves pour convaincre de la nécessité d’une réforme du système éducatif tel que le le SNES le conçoit.

Le SNES reste attaché à la réussite de tous au collège & au lycée. Le SNES propose une plus grande démocratisation du système éducatif pour permettre aux 15% d’élèves en grandes difficultés de réussir. Le SNES veut placer l’Éducation comme priorité dans la société. La société de l’avenir proche sera une société de la connaissance. Ceux qui sortiront sans diplôme en seront exclus. C’est pourquoi le SNES, avec les lycéens & les parents d’élèves, a combattu le rapport Pochard sur le collège & la réforme Darcos sur les lycées, qui n’avaient pour seuls objectifs que de trier les élèves pour en évincer une grande partie, juste pour faire des économies !

L’Éducation telle que le SNES la conçoit coûte plus cher que celle de Monsieur Darcos, mais elle es autrement plus ambitieuse : elle veut un collège & un lycée de la réussite pour tous !