Un projet académique fantôme !

, par  Laidi BenHaddou

Alors que le Recteur a acté 35 suppressions de postes dans le second degré et ferme plus de 48 classes à la rentrée prochaine, il présente ce jour avec tous les acteurs son projet académique.

Malheureusement, ce projet académique a été écrit par des administratifs qui ignorent superbement la réalité de l’éducation dans l’académie. Aucune organisation syndicale n’a été conviée, la plupart des petits administratifs et enseignants, en contact avec le terrain, n’a pas été sollicité !

Dans la magie des bureaux, tous les maux de l’académie ont une solution en quatre mots : évaluation, formation, numérique et communication ! Malheureusement sur le terrain, les beaux mots contenus dans ce projet académique ne font pas sens. Oser parler du numérique alors que la région a déjà expliqué que la couverture en haut débit sur tout le territoire ne serait pas assuré avant 2027, est une escroquerie intellectuelle !

Pas un seul mot de ce projet ne s’intéresse aux conditions de travail réelles des enseignants et des élèves. À aucun moment, les effectifs par division ne sont évoqués. À aucun moment, la ventilation et la climatisation des salles de classes ne sont évoqués. À aucun moment, la taille des écoles ou des collèges et lycées ne sont évoqués. À aucun moment, les capacités d’accueil des internats ne sont évoquées pour accueillir les élèves de l’archipel.

Pire ! Un projet académique a déjà été présenté dans les îles du Nord, là non plus, sans aucun dialogue social ! Sans aucune concertation ! Est-ce à dire que la partition des îles du Nord est actée par le rectorat de Guadeloupe ?

La FSU Guadeloupe dénonce à ce jour un projet académique fantôme, qui ne s’appuie sur rien de concret ! Cette coquille vide remplira les pages du site académique du rectorat mais ne pourra pas avoir de traduction sur le terrain faute de se positionner sur le cœur des difficultés de notre académie.

Les véritables experts, les enseignants, n’ont été conviés à aucune étape de ce projet académique et on vient aujourd’hui leur demander de cautionner ces choix absurdes.

La FSU Guadeloupe restera tout de même prête pour porter ses propositions qui émanent du terrain : abandon des rythmes scolaires dans l’ensemble de l’académie pour le premier degré, classement de l’ensemble de l’académie en éducation prioritaire, création de nombreux postes dans le premier degré et le second degré, éradication de la précarité !

Là est notre ambition en tant que première organisation syndicale représentative dans l’académie et au niveau national.

Les Abymes, le 31 mai 2016

Pour la FSU Guadeloupe

Eddy SEGUR

Secrétaire Général