Déclaration liminaire du SNES Guadeloupe à la FPMA mutations

, par  Laidi BenHaddou

La FPMA mutations se tient aujourd’hui 14 juin 2016. Voici la déclaration lue à son ouverture par les commissaires paritaires du SNES-FSU Guadeloupe.

Monsieur le Recteur,

Le SNES-FSU Guadeloupe tient en premier lieu à s’associer à la journée nationale d’action ce jour contre la réforme des collèges et contre la loi El Khomri.

Le SNES-FSU Guadeloupe tient à rappeler le contexte particulier dans lequel cette FPMA se tient. La suppression de 35 postes crée des tensions inutiles pour le mouvement de notre académie, qui a pourtant des besoins importants en personnels titulaires. Alors que de nombreux lauréats du concours en lettres - qui ont rendu des services à l’académie durant des années en tant que non-titulaires - ont dû quitter la Guadeloupe, il apparaît à l’issue du mouvement que plusieurs postes restent vacants dans cette discipline. Cela nous pousse nécessairement à nous interroger sur la volonté de l’administration de résorber la précarité, ou au contraire de l’encourager. De la même manière, de nombreuses disciplines n’ont aucun TZR, ou en tout cas bien trop peu pour répondre aux besoins. L’argument du volume total de titulaires remplaçants est fallacieux : l’enseignement est disciplinaire, le recrutement des TZR doit se faire discipline par discipline à hauteur d’au moins 5%.
Contrairement au discours officiel sur l’impossible proposition du SNES-FSU, l’académie de Guyane a montré la seule voie possible pour améliorer les conditions de travail de notre académie : le classement de l’ensemble de l’académie en éducation prioritaire !

Le SNES-FSU Guadeloupe se félicite par contre de l’amélioration générale du dialogue social dans l’académie. Surtout, le choix de l’administration de ne pas divulguer le mouvement en amont aurait du créer les conditions d’une sérénité de travail de l’ensemble des commissaires paritaires.
Malheureusement, le SNES-FSU Guadeloupe tient ici à dénoncer des faits très graves qui ont perturbé cette sérénité. Tout au long de la semaine passée, notre organisation syndicale a été sollicitée par des collègues qui souhaitaient avoir confirmation de leur mutation supposée qui, par d’autres organisations syndicales, qui par des IPR, qui par des chefs d’établissement. Le SNES-FSU Guadeloupe vous demande, Monsieur le Recteur de faire cesser ces pratiques inacceptables et inadmissibles.

En parallèle, le SNES-FSU a été interpellé par des collègues non-titulaires à qui les chefs d’établissement avaient promis un poste à la rentrée, en garantissant qu’il ne passait pas au mouvement. Notre organisation syndicale connaît la liste des cas pour lesquels le poste d’un collègue est maintenu même s’il ne peut y assurer son service. Cependant, notre organisation syndicale vous demande, Monsieur le Recteur de faire toute la transparence sur l’ensemble des postes vacants de l’académie pour éviter qu’un mouvement parallèle organisé de manière opaque et clientéliste ne permette d’affecter amis, non titulaires sans visibilité.

Le SNES-FSU se félicite du travail fructueux effectué lors du GT chaîne qui s’est tenu la semaine passée et a permis une réelle amélioration du mouvement. Cependant, notre organisation syndicale a appris que les postes spécifiques académiques dédiés aux DNL ne feraient plus l’objet d’une mutation s’ils étaient déjà dans l’établissement. Cette situation apparaît totalement injuste et va créer une distorsion manifeste et une injustice entre le collègue qui postule en provenance d’un autre établissement, et celui qui postule dans l’établissement où le poste est créé. Le risque est grand que ces postes ne fassent même plus l’objet d’une transparence académique à partir du moment où l’administration ne le considère plus comme une mutation. Notre organisation syndicale vous demande de revoir votre positionnement à ce sujet pour rétablir l’équité qui existait auparavant !