Rentrée 2017, 0 création de postes dans le second degré, 6 suppressions dans les collèges et lycées !

, par  Laidi BenHaddou

Le SNES-FSU Guadeloupe a découvert avec stupeur la répartition des 4700 créations de postes au niveau national pour la rentrée prochaine. Comme cadeau de Noël, l’académie de Guadeloupe est dotée de 0 poste pour la rentrée de septembre 2017.

Sachant que 6 créations doivent être réservées en lycées professionnels, cela veut dire que 6 postes vont être supprimés dans les collèges et les lycées de l’académie puisqu’aucune politique d’éducation prioritaire n’a été menée pour les lycées de l’académie.

L’académie de Guadeloupe paye là les conséquences de la volonté politique de trois recteurs successifs de refuser de mettre en place une éducation prioritaire en Guadeloupe.

À force de cacher la réalité socio-économique de notre académie, à force de dissimuler la réalité d’une immigration sur notre territoire, à force de projeter de fausses prospectives démographiques, notre académie a réussi la performance de supprimer 126 postes sur les cinq dernières années, alors que le ministère créait des postes sur tout le territoire !

Le recteur Galap en poste actuellement porte une lourde responsabilité dans ce désastre pour la jeunesse guadeloupéenne. Car non seulement, il a participé à détruire 69 emplois dans le second degré depuis son arrivée, mais il a aggravé la situation par ses choix.

En effet, le Recteur Galap a piloté la réforme de l’évaluation aux examens, en imposant, souvent par la force, une « évaluation bienveillante », qui a lourdement faussé les résultats au Diplôme National du Brevet et au Baccalauréat. Ainsi, depuis son arrivée, le recteur a réussi la performance de non seulement rattraper le lourd retard de notre académie en matière de résultats aux examens, mais bien de dépasser la moyenne nationale pour parvenir sur le podium des académies pour le brevet, devant l’académie de Paris !

Non ces résultats ne reflètent pas la réalité de l’académie, mais ces excellents chiffres *permettent au recteur de faire croire que notre académie n’a besoin de moyens supplémentaires.

Le SNES-FSU Guadeloupe rappelle pourtant les besoins criants de notre académie : les centaines d’élèves qui disparaissent du système scolaire en fin de troisième, l’absence de remplaçants dans de nombreuses disciplines, qui imposent d’avoir recours à des emplois précaires de non-titulaires dès le moi de Septembre !

Cette situation est intolérable ! À titre de comparaison, l’académie de Guyane, qui a fait le choix de l’éducation prioritaire, gagne 113 enseignants pour la rentrée prochaine. L’académie de Limoges, qui a des similitudes en matière de démographie et de ruralité avec notre académie gagne 40 enseignants à la rentrée prochaine.

Est-ce à dire que Monsieur le Recteur s’intéresse plus à sa carrière personnelle qu’à la jeunesse guadeloupéenne ? Le SNES-FSU Guadeloupe n’accepte pas ce renoncement. Le SNES-FSU Guadeloupe demande le classement de toute l’académie en éducation prioritaire et l’ensemble des postes nécessaires à un enseignement de qualité, au service de toute la jeunesse !

Encore des suppressions de postes en Guadeloupe