Face à la surdité du Recteur, tous ensemble à la préfecture !

, par  Laidi BenHaddou

Le SNES-FSU, le SNEP-FSU et la FSU Guadeloupe déplorent le mépris et la surdité de Monsieur le Recteur devant la mobilisation croissante des établissements scolaires !

Ce jour, les trois collèges de Saint-Martin, Albert Baclet à Marie-Galante, Mireille Choisy à Saint Barthélemy, Bébel à Sainte Rose, Les Roches Gravées à Trois Rivières, Gerville Réache à Basse-Terre, mais aussi et surtout Courbaril à Pointe Noire sont en grève, pour les mêmes motifs : des suppressions de postes injustifiées et des heures supplémentaires en volume insupportable.

Monsieur le Recteur ne cesse de jouer le pourrissement et renvoie à la rentrée scolaire l’attribution de moyens précaires en dépit du bon sens, en dépit de la réalité. Malgré le soutien des parents d’élèves, malgré le soutien de la mairie de Pointe-Noire, malgré neuf jours de grève, Monsieur le Recteur méprise l’avenir des collégiens de Pointe-Noire Courbaril.

Dans le même temps, le collège Bambuck du Gosier, sans faire un seul jour de grève, a obtenu 92 heures postes, et la suppression de 61 heures supplémentaires. Courbaril est pourtant classé REP, quand Bambuck est considéré comme favorisé ! Il est légitime que les collègues de Bambuck cherchent à améliorer leurs conditions de travail, mais il ne peut être question de le faire au détriment des autres !

Mépris de la jeunesse ! Discours de façade sur l’éducation prioritaire, pratique élitiste assumée pour le reste !

Les lycées Gerville Réache de Basse-Terre et Baimbridge des Abymes accueillent les mêmes catégories d’élèves, ont à peu près les mêmes options, les mêmes classes préparatoires. Pourtant Baimbridge bénéficie d’un taux d’encadrement très largement supérieur à Gerville Réache (H/E de 1,50 contre 1,39).

Deux poids, deux mesures ! Clientélisme insupportable ! Face au manque de moyens, le recteur privilégie les établissements prestigieux !

Car, pourquoi supprimer tous les moyens dans les collèges ? Pour créer de petites filières prestigieuses de BTS, réservées à une petite élite au détriment des collèges, où 100 % des élèves sont scolarisés ? Il faut plus de moyens pour tous les établissements !

Face à cette situation insupportable, la FSU et ses syndicats appellent l’ensemble des collègues, grévistes ou non grévistes à se rassembler jeudi matin devant la préfecture de Basse-Terre à 9 heures pour demander au préfet le classement de toute l’académie en éducation prioritaire (REP+), et interpeller les deux collectivités locales.

Devant la surdité de Monsieur le Recteur, amplifions, le mouvement !

Ensemble, contre les heures supplémentaires ! Ensemble contre les inégalités ! Ensemble contre la précarité ! Ensemble pour classer toute l’académie en REP+ !

Le SNES dépose un préavis national donc les collègues dont les établissements ne sont pas en grève sont couverts pour exprimer leur solidarité.