Quand l’administration ajoute la violence à la souffrance !

, par  Laidi BenHaddou

Alors que le préfet n’a autorisé l’ouverture que de quatre établissements scolaires pour cette semaine du 2 octobre, l’administration du rectorat se permet d’envoyer des injonctions de reprendre leur service aux enseignants de Saint-Martin, ayant pourtant subi le traumatisme du cyclone Irma et vivant depuis lors dans des conditions particulièrement précaires. L’ouverture des établissements scolaires a pour but premier le recensement des élèves, leur accueil, leur écoute par des personnels spécialisés, mais en aucun cas leur prise en charge dans le cadre d’un enseignement à temps complet !

La FSU Guadeloupe dénonce ces manières insupportables de l’administration qui violente ses propres fonctionnaires déjà en souffrance !

La FSU Guadeloupe rappelle que les conditions ne sont pas réunies pour une reprise de l’éducation en Guadeloupe. D’ailleurs, des tentes qui avaient été installées pour loger des personnes ont pris l’eau ce week-end, obligeant le rapatriement des occupants vers l’école Nina Duverly !

La FSU Guadeloupe souhaite une reprise de l’éducation au mieux et au plus vite pour les enfants des îles du Nord, mais pas dans n’importe quelles conditions. Pour que cela soit possible, il faut que l’administration prenne soin de ses fonctionnaires, non qu’elle les traumatise encore plus qu’ils ne le sont déjà !