SNES-FSU Guadeloupe

Accueil > Actions / Actualités > Actualités académiques et nationales > Compte-rendu du groupe de travail préparatoire au comité technique académique (...)

Compte-rendu du groupe de travail préparatoire au comité technique académique (DHG)

vendredi 19 janvier 2018, par Bureau SNES-FSU Guadeloupe

Halte au mépris de l’administration ! Halte aux pénuries !

Les élus de la FSU ont siégé au groupe de travail préparatoire au comité technique académique (CTA) prévu le 23 janvier prochain, espérant obtenir des réponses aux nombreuses questions qui se posent. Après un peu plus d’une heure d’un dialogue de sourd, les représentants FSU ont décidé de quitter la séance, totalement stérile, et poseront leurs questions directement au Recteur. En effet, le seul interlocuteur de l’administration était M.Dupuy, responsable de la DBM.

À nos interrogations sur les deux Heures Supplémentaires qui vont être imposées aux collègues dans la plupart des établissement de l’académie pour que les horaires légales des élèves soient effectives, M.Dupuy a botté en touche systématiquement, soit en renvoyant à l’autonomie du chef d’établissement (sic !), soit au fait qu’il avait beaucoup travaillé durant les vacances de Noël (resic !), soit au fait que notre organisation syndicale mentait parce qu’il n’y avait aucun problème dans la plupart des établissements.

À nos interrogations sur les pondérations de BTS qui sont systématiquement prévues en Heures supplémentaires en violation du texte 2014-940 art.7 (dont voici la copie intégrale : Pour tenir compte des spécificités en matière de préparation et de recherches personnelles nécessaires à la réalisation des heures d’enseignement et en matière d’évaluation des élèves, chaque heure d’enseignement réalisée dans une section de technicien supérieur ou dans une formation technique supérieure assimilée, pour le décompte des maxima de service prévus au I de l’article 2 du présent décret, est affectée d’un coefficient de pondération de 1,25.), M.Dupuy a argué que le texte écrit que le texte de loi écrit que les pondérations « peuvent être en décharge »… Que dire ????

À nos interrogations sur le fait que certaines DGH étaient prévues avec plus de 30 élèves par division en opposition aux seuils prévus par Monsieur le Recteur, Monsieur Dupuy a expliqué que c’était à la marge et qu’en période de restrictions, il fallait savoir s’adapter, qu’on allait pas mettre 15 élèves par classe, les collègues de Marie-Galante apprécieront.

À nos interrogations sur les effectifs en baisse, le rectorat prévoir 378 élèves en moins dans les collèges l’année prochaine, dont 320 en 6ème (!!!!!), alors que l’INSEE prévoit des chiffres bien plus optimistes, M. Dupuy a employé l’argument d’autorité que les statistiques du rectorat avaient été validées par le Ministère.

À nos interrogations sur les heures de chorale, dont le ministre a affirmé qu’elles seraient maintenues à 2, M.Dupuy a répondu qu’il ne pouvait s’appuyer sur une simple déclaration et qu’en l’état il n’y aurait qu’une heure. À croire que la parole du Ministre n’est pas crédible.

Devant tant de non réponses, ou de réponses méprisantes pour les collègues de l’académie représentés par les élus de la FSU, nous avons décidé de quitter la séance, sans avoir eu le temps d’évoquer la question de la carte des enseignements facultatifs (avec la problématique du financement du créole et du latin), et encore de nombreux autres points. La carte des enseignements enseignements n’étant pas réalisée, le Recteur semble faire le choix de la fin du créole et du latin dans les collèges de l’académie.

Il est bien évidemment que les élus FSU reposeront l’ensemble des questions auxquels ils estiment ne pas avoir eu de réponses du tout en l’état mardi, en présence du Recteur. Cependant, nous appelons tous les collègues à se mobiliser dans tous les établissements !

Dans tous les établissements où la DGH a été construite avec deux heures supplémentaires par collègues (tous les établissements qui ne sont pas REP ou REP+ pour faire simple), la rentrée ne peut pas avoir lieu en l’état si les collègues refusent collectivement les heures supplémentaires ! Il ne peut être question de laisser les chefs d’établissement faire du chantage aux collègues avec les pauvres élèves qui n’auront pas cours si les collègues ne prennent pas les heures supplémentaires, alors que c’est l’administration qui a organisé la pénurie en heures postes !

Nous appelons tous les collègues a être très attentifs sur les effectifs (en particulier en 6ème), les suppressions sont faites à l’élèves près (en moyenne, il y a 8 élèves de moins prévus par établissement…), mais ça correspond à 15 fermetures de classes pour la rentrée prochaine.

Prenez contact avec l’infirmière scolaire de votre établissement qui a les effectifs des classes de CM2 des environs pour vérifier que le rectorat n’a pas supprimé indûment une division… 320 élèves de moins en 6ème prévus par le rectorat, c’est tout simplement impossible !

Organisons un vote contre toutes les DGH qui baissent ou qui ne sont pas viables en raison des heures supplémentaires prévues ! Préparons une mobilisation forte avec les parents d’élèves !

Les élus FSU (SNES – SNEP – SNUipp) au Comité Technique Académique

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.