A Saint Martin : grève le jeudi 29 janvier 2009 Tract intersyndical du LPO des Iles du Nord

, par  Sandrine Stefkovic

Tous en grève jeudi 29 Janvier !
Il y aura une manifestation (la première depuis plusieurs années) dans les rues de Marigot jusqu’à l’inspection académique en passant par les locaux de la COM. 
L’appel à manifester est intersyndical secondaire primaire.

A Saint Martin :

La rénovation urgente du Lycée actuel :
Presque rien n’est aux normes. En cas d’accident c’est la responsabilité individuelle de l’enseignant qui sera engagée. Combien de
temps accepterons-nous l’inacceptable sous couvert de conscience professionnelle ? Après les promesses de l’automne, l’Etat, la COM doivent assumer leurs responsabilités.

La construction d’un Lycée Général et technologique :
L’actuel établissement a été prévu pour 900 élèves. L’annexe crée plus de problème qu’elle n’en résout. Elle se dégrade à vitesse grand V. Il faut un nouvel établissement. Une date précise de construction doit
être fixée.

Une vraie politique de la jeunesse à St Martin :
Il faut sortir des effets d’annonce et concrétiser les projets d’équipements en infrastructures (piscine, stades…)

Une vraie politique stabiliser les enseignants et les personnels à St Martin :
Augmentation du pouvoir d’achat pour tous . Mise en place
d’un plan de formation et de titularisation des contractuels et des vacataires. Il n’y a pas assez ne personnels non enseignants (ATOSS, contrats aidés) Il faut revaloriser leurs rémunérations.

Au niveau national :
Rétablissement des postes supprimés : la politique de massive
suppression des postes de fonctionnaires affaiblit le service public d’éducation. Elle renforce aussi la difficulté des enseignants à muter. Résultat : moins de postes à pourvoir, moins de postes
pourvus. Doublement des postes au concours : la réduction drastique des postes aux concours externes et internes est inacceptable, particulièrement en ces temps de remontée du chômage Il faut un plan de recrutement ambitieux. Il doit inclure le rétablissement d’un concours
spécifique, aboutissement d’un vrai plan de formation des non- titulaires. Non à la suppression programmée de l’agrégation interne, véritable voie de promotion et d’augmentation du pouvoir
d’achat.
Une formation de haut niveau : la suppression annoncée des IUFM ne résout pas la question de la formation des enseignants. Ce dont l’éducation nationale a besoin c’est d’enseignants en nombre suffisant et bien formés sur le plan disciplinaire et de la pédagogie. Les
suppressions de postes, le recours aux non titulaires qui ne bénéficient pas de formations et leur maintien dans la précarité va dans le sens inverse.
Une véritable revalorisation salariale : les gadgets salariaux de
septembre ont fait long feu. Il faut une revalorisation du point d’indice : reconstruction de la grille indiciaire = indice 495 pour le début de carrière soit 1800 € nets, en métropole.

On ne gagne pas le respect en courbant l’échine !