DGH des lycées : attention la réforme Darcos revient !

, par  Guillaume MARSAULT

Le ministre de l’Éducation nationale n’a pas réussi à faire passer sa réforme par la voie parlementaire, il tente de l’appliquer quand même au titre de l’expérimentation, soyons vigilants & intervenons en Conseil d’Administration.

Les élus au conseil d’administration vont une nouvelle fois devoir lutter contre la politique du gouvernement & relayer les mouvements lycéens du mois de décembre. Car si le ministre de l’Éducation nationale a du reculer devant la colère de décembre regroupant lycéens, enseignants & parents d’élèves, il n’a surtout pas renoncé à réformer le lycée comme il l’entend, c’est à dire en organisant le tri social des élèves par une multiplication des options.
Ainsi, la réforme à peine abandonnée, un appel des 20 regroupant en particulier le SNPDEN-UNSA, syndicat majoritaire des chefs d’établissement et des associations en mal d’existence ont signé un texte demandant une réforme des lycées à la sauce Darcos (voir analyse du SNES
http://www.snes.edu/IMG/pdf/Appel_des_20-analyses_SNES.pdf ). Le SNES est tout à fait d’accord sur le fond : il faut réformer les lycées pour casser la poche d’échec scolaire qui se maintient & réfléchir au lycée de demain. Par contre, le SNES considère que l’éducation doit rester une priorité & que, contrairement aux propositions qui se succèdent (De Robien puis Darcos), il ne peut être question de piloter une réforme des lycées par une réduction des moyens.
Darcos, qui a visiblement sur sa feuille de route de réformer les lycées en diminuant les moyens, propose donc lors du vote des DGH de lycées de procéder à des expérimentations, qui conditionnent les moyens pour les années suivantes. C’est donc au travers un chantage grotesque (des moyens contre une réforme refusée par tous) que M.Darcos cherche à faire appliquer sa réforme. En effet, notre cher ministre qui supprime pas mons de 13.500 postes au niveau national, propose de donner 500 postes pour 100 établissements qui mettraient en place des expérimentations qui reprennent les propositions contenues dans la loi.

Les élus en conseil d’administration doivent donc etre très attentifss à toutes les propositions d’expérimentation & demander des demi-journées banalisées pour que l’ensemble des enseignants puissent se prononcer sur les expérimentations. Il n’est pas question de céder à un chantage inique où l’acceptation de la réforme par le biais de l’expérimentation permettrait de maintenir des postes !

Après le combat dans la rue, il faut combattre cette réforme dans les conseils d’administration ! Préserver une éducation de qualité au service de tous est un combat quotidien !