Mouvement en Guadeloupe au 28ième jour

, par  U CREANTOR

Le mouvement social qui s’est déclenché en Guadeloupe depuis la mi-janvier en est à son 28ième jour. Il s’est amplifié jusqu’à avoir une audience nationale. Le Snes Guadeloupe conscient des enjeux sociaux, a adhéré et s’est impliqué dans ce mouvement d’ampleur qui s’exprime dans le calme. Nous avons en charge la formation et l’éducation des jeunes issus , en partie, de la population à faibles revenus et l’on sent bien les effets que cela peut avoir sur leur scolarité, hypothéquant ainsi leur avenir.
Au delà de nos différences de point de vue sur les revendications éducatives et de l’emploi nous appelons tous nos syndiqués à se sentir solidaire de ce mouvement dont les revendications sociales ont un écho national. Serions-nous l’avant-garde d’un mouvement d’ampleur nationale ? Le gouvernement dans sa stratégie de résolution de ce conflit est affaibli car il a montré sa sous estimation de la motivation des Guadeloupéens. Les politiques locaux sont très rapidement dépassés par les évènements et font des propositions pour éviter qu’ils soient sujets à la vindicte populaire.
On cherche des coupables et le conflit s’enlise. Quelle fin de conflit souhaite le gouvernement ? Lundi 16 février des barrages sont érigés, les gendarmes changent de ton : 5 blessés avec quelques jours d’ITT et 40 arrestations. Le Gouvernement ,au lieu de jouer le pourrissement du conflit, devrait plutôt maintenant travailler à mettre en œuvre des propositions à la hauteur des attentes de nos concitoyens. Il est vraiment urgent d’agir !

U CREANTOR