Jours de grève : demandez des comptes !

, par  Guillaume MARSAULT

Un courrier du recteur aux chefs d’établissement laisse entendre que la comptabilisation des jours de grève du 20 janvier au 3 mars 2009 sera conditionnée par les rattrapages

Le SNES Guadeloupe s’est procuré un document signé du secrétaire général du rectorat & adressé aux chefs d’établissement (voir document joint) à propos de la comptabilisation des journées de grève pour la période couvrant le mouvement social du LKP.
Il appartient en effet à l’administration de comptabiliser les grévistes établissement par établissement & de les faire remonter au rectorat.
Ce qui pose problème n’est pas tant cette circulaire, toute conforme aux devoirs de l’administration en période de grève.
Le fond du problème tient à une phrase apposée en nota bene, sous la signature, qui précise : "Le nombre de jours prélevés sera communiqué après la période de rattrapage".

Le SNES Guadeloupe rappelle que la grève est un droit. Le SNES rappelle que le décompte des grévistes appartient aux chefs d’établissement.
Le SNES Guadeloupe affirme que le nombre de jours de grèves faisant l’objet d’une retenue sur salaire ne peut être conditionné par un quelconque rattrapage, qui lui est de l’entière liberté pédagogique de chaque collègue.
Le SNES Guadeloupe s’insurge contre cette infantilisation des collègues, utilisant des menaces sournoises de retenues sur salaire potentielles, alors que les collègues dans les établissements font preuve de la plus grande responsabilité.
C’est pourquoi le SNES appelle les collègues à demander collectivement aux chefs d’établissement le décompte précis & individuel de l’ensemble des retenues sur salaire qui seront remontées au rectorat.