Le SNES obtient d’être reçu par Y. JEGO

, par  Sandrine Stefkovic

Mardi 17 mars dernier, la rumeur de la venue de Jego à St Martin se confirmait.
Le secrétaire d’Etat allait se rendre au Lycée des îles du Nord, rencontrer les élus de la COM, le représentant du Recteur, les socio- professionnels, des élèves mais pas les enseignants et leurs représentants syndicaux qui avaient fait une semaine de grève, fin février, contre la vie chère et pour un vrai service public d’éducation à St Martin.

Deux manifestations avaient réuni 400 et 600 personnes, un événement à l’échelle de St Martin !

Pour le SNES, M. Jego ne pouvait passer sur l’ïle et de surcroît au lycée sans que rien ne se passe du côté des enseignants.
Face à la nullité et/ou la perfidie de mes camarades des autres syndicats qui ont bien pris soin de ne pas répondre à mes propositions d’action intersyndicale, je me suis résolu à partir seul.

vendredi 20 mars (jour de la visite) à 7h, la section SNES du lycée placardait des affiches en salle des professeurs appelant au débrayage et au rassemblement dès 8h (Jego arrivant à 9)... A 8h, la proviseure venait nous demander de renoncer car elle avait obtenu du préfet une rencontre avec Jego.

L’intersyndicale rencontrait donc Yves Jego, en présence de F. Gumbs président de la COM, un représentant du recteur, R. Romney et du préfet délégué.
Nous lui avons présenté des revendications relevant de la compétence de l’Etat :
- Création d’un vrai service administratif de l’Education nationale avec délégations de certains pouvoirs sur place (exemple les affectations des élèves). Yves Jego a annoncé des transferts de compétences dans l’éducation et la justice d’ici 18 mois.
- Sur la spécificité linguistique : la COM doit monter un dossier pour que le St martinois soit reconnu comme LCR
- Opposition aux suppressions de postes. Le secrétaire d’Etat a parlé de prendre en compte la spécificité de l’île.
- Sur les expulsions d’élèves sans papiers : Yves Jego a parlé de cas par cas et de « souplesse intelligente »
- Sur la précarité des non titulaires, Y Jego a déclaré que cette revendication relevait du « confort des enseignants »(sic) et qu’elle n’était pas prioritaire.

En conclusion : rien de concret bien sûr (mais ne fallait- il pas s’y attendre). Le SNES a montré qu’il ne lâchera rien sur les enjeux de l’éducation à St Martin.

Laurent Bayly, coordonnateur du SNES pour St Martin.