Elections professionnelles 13-20 octobre 2011

En votant pour l’organisation syndicale de leur choix, les personnels décident de la représentativité de chacune d’elles. Ce faisant, ils envoient un message clair au gouvernement en place quant aux revendications et aux positions syndicales qu’ils soutiennent.
En décembre 1999, lors du conflit avec le ministre socialiste Claude Allègre, la majorité absolue pour le SNES a sonné le glas d’un ministre qui fût contraint par la lutte à la démission quelques semaines plus tard. En décembre 2002, quelques mois après le choc du 21 avril 2002, la confirmation de ce résultat pour le SNES permit de lancer dans notre secteur la lutte victorieuse contre la décentralisation des CO-Psy et des CPE, qui, si elle avait échoué, aurait entraîné dans la foulée la décentralisation d’autres membres de la communauté pédagogique.
En décembre 2005, les élections s’inscrivent dans la bataille sur le remplacement Robien et le conseil pédagogique.
En 2008, voter pour le SNES et la FSU, c’est enfin défendre le principe même de l’existence du paritarisme, c’est-à-dire la possibilité donnée aux personnels de contrôler les décisions de l’administration, tant du point de vue des principes collectifs d’organisation des services et de la gestion des personnels que de celui du suivi individuel des agents.
En 2011, en votant pour le SNES pour les CAPA et CAPN, & pour notre fédération la FSU pour les comités techniques, vous vous assurez de la défense des intérêts de tous, au service de tous les personnels pour la réussite de tous les élèves !

En votant SNES, en votant FSU, nous exprimerons, par un vote par Internet, des 13 aux 20 octobre prochains, notre exigence d’un fonctionnement démocratique de l’État.