Stop à la vente ambulante de nourriture

, par  Guillaume MARSAULT

Faute de réponse aux deux courriers envoyés par notre organisation syndicale à Monsieur le Recteur de l’académie de Guadeloupe les 24 juin 2014 puis le 15 septembre 2014, concernant le sujet préoccupant de la vente ambulante de nourriture et de boissons dans les EPLE de notre académie, nous prenons votre attache pour obtenir des réponses à nos interrogations.

Notre académie se caractérise par un taux largement plus important que la moyenne pour les élèves entrant en 6ème en surpoids, et la situation ne s’améliore pas jusqu’à l’âge adulte.

L’Éducation Nationale porte une responsabilité importante dans ce domaine en matière d’éducation, mais aussi de prévention. C’est pourquoi la vente de nourriture ambulante et de boissons ont été interdites par la loi sur l’ensemble du territoire. Pourtant, dans notre académie, ces ventes ambulantes sont généralisées sous des formes diverses, à l’intérieur même des EPLE sous forme de "paillotes", camions ambulants..., ainsi qu’aux abords immédiats des EPLE.

Ces ventes ont lieu sans aucun contrôle, l’administration rectorale cautionnant jusque là ces pratiques en se basant sur une simple déclaration des produits vendus.

Au-delà des problèmes de la présence même de ces camions, notre organisation syndicale s’interroge sur le problème de la neutralité commerciale au sein des EPLE, se demandant dans quelle mesure ces lieux de vente ne tombent pas sous le coup de l’article 40 du code de procédure pénale.

C’est pourquoi nous faisons appel à vous, Madame la Ministre, pour obtenir les réponses légitimes à nos interrogations. Nous vous fournissons en pièce jointe les courriers adressés à Monsieur le Recteur de l’académie de Guadeloupe.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, Madame la Ministre de l’Éducation Nationale, veuillez croire à notre profond attachement au service public d’Éducation.