L’action collective contre l’individualisation à outrance !

, par  Guillaume MARSAULT

La cohérence des réformes mises en oeuvre par le gouvernement de messieurs Fillon & Sarkozy est implacable : réduire la part de l’État, renvoyer le service public à la portion congrue.

D’une fonction publique d’État statutaire, créant les conditions d’une éducation identique pour tous, les réformes actuelles tendent à individualiser à outrance, renvoyer au local, créant les conditions
d’une concurrence entre les établissements scolaires, voire entre les collègues mêmes. Les dizaines de suppressions de postes se sont traduites dès le mouvement intra-académique, par une augmentation des barèmes pour l’ensemble des disciplines, par la multiplication des cartes scolaires. Non seulement le droit à mutation se trouve parfois remis en cause, mais pour certaines disciplines, en particulier dans la filière technologique, c’est l’avenir même de la discipline qui est remis en cause.

La réforme des lycées a créé les conditions de cette réduction de moyens. Pire, faite à la va-vite, ce changement radical dans l’Éducation se fait sans les moyens nécessaires. D’ores & déjà, tout un chacun sait qu’en raison de la publication tardive des programmes, les manuels scolaires ne seront pas prêts pour la rentrée scolaire. Le problème est particulièrement ténu en Histoire Géographie. Les annonces sur le développement des nouvelles technologies pour pallier ces manques laisse rêveur dans notre archipel où le retard en la matière est important. La situation risque d’être catastrophique sur l’île de Saint-Martin.

Dans les collèges, malgré les efforts des corps d’inspection pour tenter de masquer les manques de l’administration centrale, l’entrée en application des livrets de compétences, & de l’épreuve d’Histoire des Arts vont se faire dans le fl ou le plus complet, les équipes pédagogiques vont devoir se débrouiller pour mettre en place des textes généraux, inaboutis, & sans aucun moyen financier pour les appliquer. Alors que le ministère refuse de revaloriser nos salaires, la pression sur les enseignants risque d’être très forte pour faire du bénévolat & accroître les heures de réunion non rémunérées.
Dès la fin de l’année scolaire, le gouvernement a été clair & définitif, la réforme des retraites ne se négociera pas avec les syndicats : elle s’appliquera quoiqu’il arrive sur la base unique de l’allongement des durées de cotisation & du recul de la date de l’ouverture des droits à retraite. Il faudra travailler plus, & plus longtemps pour espérer obtenir une retraite moindre que celle actuelle. Les chiffres sont implacables, la réforme des retraites ne bénéficiera en aucun cas aux salariés.

En plein été, le ministre de la Fonction publique se permet de casser, contre la volonté de l’ensemble des syndicats, le système de notation des fonctionnaires, supprimant le système de notation chiffrée, sans doute imparfait, mais parmi les moins injustes, pour le remplacer par une appréciation littérale unique. La porte à tous les arbitraires est ouverte, le système de promotion bénéficiant à tous est cassé, au prétexte de valoriser une minorité. Cette loi va permettre une nouvelle fois de faire des économies au détriment de la majorité des collègues en bloquant le système de promotion.

Editorial 1
EMPLOI 2-3
. Hors-Classe mode d’emploi
. Bilan du mouvement
. Emploi du temps et état VS
. Heures supplémentaires,
. savoir dire non
PEDAGOGIE 4
. Livret de compétences validation
. Manuels scolaires lycées
. Vies scolaires et sanctions
Actualité 5-6
. Reforme des retraites
. Orientation des élèves
INFOS UTiLES 7-8
. Cotisations
. Barèmes

Bulletin SNES septembre 2010