Malgré les obstacles, le SNES & la FSU toujours en tête !

, par  Guillaume MARSAULT

Les difficultés immenses pour voter et les dysfonctionnements du système de vote ont engendré une baisse du taux de participation : 48.2 % de participation contre plus de 60% il y a trois ans ! Par ce mode de scrutin ubuesque le ministère a empêché un grand nombre de collègues d’exercer leur droit de vote (non réception des notices, dysfonctionnements du serveur informatique – délégué à une entreprise privée – absences de kiosques de vote…). Le SNES a constaté ces dysfonctionnements et a porté ces constats aux PV de chaque scrutin. Nous nous battrons pour le retour du vote papier.

Le ministre avait parié sur une baisse du SNES, le syndicat majoritaire de la profession qui s’oppose à ses réformes.

Nous pouvons affirmer que le ministre a échoué : malgré toutes ces difficultés de vote, le SNES reste le premier syndicat des personnels du second degré dans l’académie de Guadeloupe.

Le SNES obtient ainsi 47.05 % des voix chez les agrégés (5 sièges sur 10), 31.2 % des voix chez les certifiés (6 sièges sur 19), 20.98 % des voix chez les CPE (2 sièges sur 8), et 100 % des voix chez les COPsy (5 sièges sur 5).
Aux commissions des agents non titulaires, le SNES obtient 16.37 % des voix pour les enseignants et 22.53 % pour les AED.

Le Comité Technique Académique est une nouvelle instance regroupant tous les corps de l’Education Nationale et qui aura compétence sur la gestion des postes par le Recteur et sur sa politique éducative. La FSU est la première fédération avec 37 % des voix (32% en 2008) et 4 sièges sur 10, devant l’UNSA (24 % des voix, issues principalement des corps de chefs d’établissement et d’inspecteurs) et le SPEG (22%).

Fort de cette confiance, le SNES continuera de porter les idées et les combats de la profession contre les réformes actuelles qui dénaturent nos métiers, contre la pénurie de moyens imposée au ministère de l’Education Nationale, pour une revalorisation urgente de nos salaires, et pour une école démocratique.